La démarche

Ce projet de recherche-action est mis en place d’une part dans le but de mieux connaître l’intérêt des espaces agricoles en matière de biodiversité à l’échelle régionale et à l’échelle locale, et d’autre part d’identifier des possibilités d’amélioration, en prenant en compte les besoins économiques, techniques et sociaux des territoires et de l’agriculture.

Le projet est mené selon une approche participative de co-production de savoirs et de co-construction de propositions entre scientifiques et acteurs des territoires.

 

 

Observations de la faune et de la flore

Des observations de la faune et de la flore dans un certain nombre de parcelles chez des agriculteurs volontaires ont eu lieu en 2017 et en 2018. Les espèces observées seront essentiellement les carabes (insectes qui ont un rôle de protection des cultures contre les pucerons), la flore messicole (plantes annuelles qui poussent dans les grandes cultures), et les oiseaux.

D’autres espèces pourront être observées en fonction des besoins locaux, telle que l’ambroisie, espèce envahissante urticante pour l’homme, qui commence à devenir problématique sur certains territoires. Les résultats de ces observations seront présentés et discutés au sein du groupe de travail local et un compte-rendu individuel écrit sera réalisé pour chaque agriculteur participant.

Un double objectif scientifique et opérationnel

 

  • Améliorer les connaissances sur les fonctionnalités écologiques des espaces agricoles par une activité de recherche associant écologie, agronomie, économie et sociologie…
  • Contribuer à la prise en compte des perméabilités écologiques dans le développement agricole, par une activité de suivi scientifique, d’animation, d’échanges et de capitalisation des savoir-faire.

Des entretiens terrain

Afin de comprendre le lien entre agriculture, biodiversité, paysage et territoire, des entretiens individuels sont réalisés auprès d’agriculteurs.

Il s’agit d’échanger avec les agriculteurs sur leur vécu et leurs pratiques en matière d’agriculture, de biodiversité et de paysage, sur leur logique d’exploitation et la vision de leur avenir, et enfin sur leur appréciation et leurs souhaits en ce qui concerne les politiques publiques, en particulier celles en matière de biodiversité. Les résultats de ces enquêtes seront présentés et discutés au sein des groupes de travail locaux.

Des échanges interactifs…

La démarche est fondée sur un échange interactif entre les résultats scientifiques des suivis d’observation sur le terrain (axe1) & le savoir et savoir-faire des agriculteurs dans la gestion des espaces (axe2).

L’ensemble du fonctionnement du dispositif et de synthèse des résultats est assuré par une animation Isara.

Dans cette approche, l’échange avec les chercheurs et les partenaires du développement est constant et réguliers.